Allice - Élevage - Innovation - Service - Le gène de l'innovation est en nous
La station de Nouzilly

63 génisses sur aire paillée

La station de phénotypage de Nouzilly, à la pointe de la recherche

phénotypage
nouzilly

Sortie de terre à Nouzilly, au coeur de l’Indre-et-Loire, la station de recherche d’Allice, a pour ambition de comprendre les mécanismes complexes de la reproduction chez les bovins. Moderne et fonctionnelle, cette station représente un outil majeur pour développer les programmes de recherche nécessaires qui contribueront à la compétitivité de la filière génétique française.

Découvrez la présentation de la station de phénotypage en vidéo :

L’arrivée de la génomique a bouleversé les codes et ouvert un prodigieux champ de recherche en génomique fonctionnelle et en épigénétique. Les chercheurs et techniciens de la station mènent des projets qui visent à identifier de nouveaux gènes liés à des caractères d’intérêts et à comprendre les interactions entre le potentiel génétique d’un individu et son environnement.

L’équipe de recherche d’Allice s’efforce également d’améliorer les biotechnologies de la reproduction actuelles pour optimiser la gestion des schémas de sélection et maximiser le progrès génétique en toute sécurité. Dans ce contexte, l’implantation de la station, au coeur du centre Inra Val de Loire entre deux unités de recherche travaillant sur la Physiologie de la Reproduction et des Comportements et sur l’Infectiologie et la Santé Publique, a été un élément stratégique. 

Des équipements fonctionnels

Cet investissement commun a aussi permis à Allice d’équiper la station d’outils modernes et fonctionnels afin de phénotyper les génisses en environnement maîtrisé. Ainsi, les chercheurs bénéficient d’une salle de collecte et d’un laboratoire pour la production d’échantillons biologiques à partir de lots d’animaux contrastés, présentant des aptitudes extrêmes sur un caractère donné ou bien placés dans des conditions environnementales différentes. Les compétences de l’équipe de Nouzilly (Ovum pick-up, collecte d’embryons, fécondation in-vitro, cryoconservation, micromanipulation, génotypage de l’embryon et métabolomique…) permettent notamment de produire des échantillons biologiques bien caractérisés liés à la fonction de reproduction, matériel qui sera ensuite analysé pour identifier des gènes d’intérêts.

La construction du bâtiment garantit le principe de « marche en avant » et la séparation des flux (personnes, déchets, matériel biologique) afin d’assurer la qualité des prélèvements et satisfaire au cahier des charges des agréments obtenus (agréments pour l’utilisation d’animaux à des fins expérimentales ainsi que pour la production et le transfert d’embryons chez les bovins). 

Des critères sanitaires draconiens 

Les animaux expérimentaux doivent être exempts de tous pathogènes indésirables qui pourraient affecter la fonction de reproduction des génisses et biaiser les résultats expérimentaux. Ainsi, un soin particulier est apporté au statut sanitaire lors du recrutement des génisses. Un protocole d’analyses strict a été mis en place incluant la réalisation d’analyses en fermes, un passage des génisses dans un bâtiment de quarantaine éloigné des installations expérimentales et d’autres contrôles en cours et en fin d’expérimentation.

Parfois limitant pour le recrutement des animaux, ce protocole constitue une assurance qualité des travaux menés à Nouzilly et également un atout par rapport à d’autres structures expérimentales. 

Environnement et bien-être des animaux respectés

Par ailleurs, un soin particulier a été apporté au bien-être des animaux. Ainsi, les génisses bénéficient de conditions d’hébergement optimales : larges box lumineux, tapis en caoutchouc derrière l’auge et dans les couloirs de circulation, présence de brosses, cornadis anti-bruit cohabitent sous un bâtiment dont les claires-voies assurent une bonne ventilation de la stabulation. 

Documents à votre disposition pour téléchargement

Station de phénotypage de Nouzilly

  • Station de phénotypage
  • Une parcelle de 4.8 hectares et 1800m² de bâtiments
  • élevage durable
  • 63 génisses laitières ou allaitantes sur aire paillée
  • technicien de laboratoire en élevage
  • 1,5 millions d'euros d'investissement au service de la filière génétique des ruminants
  • embryon bovin
  • Jusqu'à 3600 images par heure pour le bon contrôle des embryons