Allice - Élevage - Innovation - Service - Le gène de l'innovation est en nous
Génétique et qualité du lait

Taux protéiques et matière grasse

Génétique et composition fine du lait

vache laitière
qualité du lait de vache

Depuis 1969, la loi Godefroy définit les modalités de paiement du lait selon sa qualité. Elle visait à améliorer la qualité bactériologique du lait et le niveau moyen de composition en matières grasses et matières azotées. Au fil des années, les critères ont évolué pour une amélioration continue de la qualité du lait : le comptage des germes totaux a été introduit depuis et par ailleurs, la sélection des animaux d’élevage a entrepris depuis plusieurs dizaines d’années un travail sur la qualité du lait. Des critères supplémentaires peuvent être exigés par certains cahiers des charges (ex. AOP).

Il y un lien fort entre génétique et qualité du lait : en effet, les taux protéiques (TP) et de matières grasses (TB), qui garantissent la qualité du lait pour le consommateur et les propriétés du lait à être transformé, sont directement liés aux index d’évaluation génétique des animaux. Ainsi, par la sélection, on peut choisir d’orienter ces taux au sein d ‘un troupeau ou d’une race. Cette sélection est  d'autant plus importante que la composition du lait varie selon les races : certaines races laitières sont réputées pour l’aptitude de leur lait à la transformation du beurre ou du fromage.

 

 

Sélection génétique

Quel en est l'intérêt ?

  • sélection génétique des animaux d'élevage

  • sélection génétique des animaux d'élevage