Allice - Élevage - Innovation - Service - Le gène de l'innovation est en nous
770.000 marqueurs

Histoire de la sélection

Des premières races de chiens aux 770.000 marqueurs SNP

élevage
génotype

Les techniques de sélection ont lentement progressé durant près de 9000 ans. Mais en moins d'un demi-siècle, les avancées révolutionnaires des sciences du vivant ont permis d'explorer le cœur-même des chromosomes.

Avril 2016 : 7 coopératives européennes de sélection et reproduction bovines en race Holstein, dont EVOLUTION et OrigenPlus adhérentes à Allice, unissent leurs forces et leurs réseaux pour accroître la compétitivité des éleveurs européens. Découvrez le communiqué de presse et le site internet. www.eurogenomics.com.

Depuis avril 2015 : on utilise 3000 régions QTL pour 40 caractères évalués. Les indexeurs (INRA, Idèle, Allice), les entreprises et les organismes de sélection font évoluer la méthodologie : combinaison de l’approche française et de la méthode en cours dans d’autres pays utilisant la sélection génomique (Canada, USA…). Les index sont encore plus précis et fiables puisqu'ils identifient d'encore plus prêt le potentiel vrai d'un animal.

2012 : Allice et les coopératives de 5 autres pays Européens (Pays-Bas, Allemagne, Danemark, Finlande et Suède) fondent le consortium EuroGenomics (rejoint par la Pologne et l’Espagne en 2013) pour partager leur population de référence Holstein (ensemble des taureaux disposant d’une analyse ADN et dont on connait les performances des descendants) pour améliorer la fiabilité des index.

2010 : la « puce » ADN de haute-densité est mise au point. Elle regroupe sur une lame de verre des fragments d'ADN portant jusqu'à 770.000 SNP (single nucléotide polymorphisme) et permet de mettre en place une sélection génomique, dite de 1ère génération. On utilise 500 régions QTL pour évaluer 40 caractères.

2008 : la sélection assistée par marqueurs de 2ème génération (SAM2) utilise 50 régions QTL pour évaluer 25 caractères.

2001 : la sélection assistée par marqueurs de 1ere génération (SAM1) utilise 43 marqueurs microsatellites pour suivre 14 régions QTL pour évaluer 7 caractères.

2000 : les chercheurs de l’INRA et d’Allice ainsi que huit entreprises de sélection décident de valoriser les connaissances acquises depuis 1996. Ils développent sur le terrain les premières applicationsassistées par marqueurs concrètes de la sélection des bovins.

1990 : dans les laboratoires, notamment à l'INRA, les chercheurs améliorent considérablement la connaissance de l'ADN, devenu une clé de l'amélioration génétique. Les avancées sur le « gène majeur » permettent de découvrir le gène « culard » chez les bovins. Puis, grâce à la découverte de marqueurs, 14 régions chromosomiques de grande taille impliquées dans le déterminisme génétique de 7 caractères évalués sont suivies par les généticiens.

1980 : le génome est étudié dans sa globalité.

1970 : les techniques de séquençage sont mises au point.

En 1950 : les développements de la génétique aboutissent à la création d'index de sélection. Les méthodes statistiques progressent et rendent plus fiables les comparaisons génétiques entre animaux dans le temps et l'espace. La lutte contre certaines maladies comme la brucellose ou la tuberculose bovine avait auparavant accéléré les recherches en génétique.

Au XIXe siècle : en Angleterre, Robert Bakewall développe les méthodes d'enregistrement des données zootechniques afin d'améliorer les croisements entre races dans le but d'adapter les animaux (bovins, ovins, porcs ou chevaux) aux différents usages. Cette période marque l'apparition des premiers livres généalogiques.

De 7500 à 100 avant J.C. : les premières sélections sont très proches des débuts de la domestication d'animaux par l'homme. Déjà, les premiers éleveurs poursuivent des objectifs matériels comme l'aptitude à la traite, esthétiques ou religieux. On ne parle pas de races, sauf pour les chiens. Le savant romain Varron, vers 75 avant J.C., est le premier dans son "De re rustica libri" à évoquer le contrôle des introductions d'animaux extérieur dans les élevages et ses conséquences.

Sélection génétique

Quel en est l'intérêt ?

  • sélection génétique des animaux d'élevage

  • sélection génétique des animaux d'élevage