Allice - Élevage - Innovation - Service - Le gène de l'innovation est en nous
> Actualités
Actualités

Toute l'actu d'Allice

  • 20 juillet 2017

    Ouverture des États généraux de l’alimentation et de la plateforme d'information et de consultation des citoyens

    #EGalim

    Annoncés par le Président de la République en juin dernier, les États généraux de l’alimentation ont démarré aujourd’hui. Ils visent à :
    relancer la création de valeur et en assurer l’équitable répartition
    permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail par le paiement de prix justes
    accompagner la transformation des modèles de production afin de répondre davantage aux attentes et aux besoins des consommateurs
    promouvoir les choix de consommation privilégiant une alimentation saine, sûre et durable
    Ils s’organisent en deux chantiers, un premier chantier consacré à la création et à la répartition de la valeur et un deuxième chantier portant sur une alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous.
    Le débat conduit dans le cadre des États généraux de l'alimentation associera l'ensemble des parties prenantes : monde agricole et de la pêche, industrie agroalimentaire, distribution, consommateurs, restauration collective, élus, partenaires sociaux, acteurs de l'économie sociale et solidaire, et de la santé, ONG, associations caritatives et d'aide alimentaire à l'international, banques et assurances.
    Les citoyens seront appelés à contribuer via une grande consultation publique permettant d’enrichir la réflexion.
    Elle sera ouverte le 20 juillet et s’achèvera à la fin du mois d’octobre. Quatorze ateliers thématiques se dérouleront entre la fin du mois d’août et la fin du mois de novembre. L'ensemble des attendus et contributions serviront à élaborer un agenda des solutions.
    Vous pouvez-vous d’inscrire d’ores et déjà sur la plateforme d’information et de consultation des citoyens https://www.egalimentation.gouv.fr/projects pour participez, votez, donnez votre avis, enrichir le débat et contribuer à construire l’agriculture de demain. 
     

  • 11 juillet 2017

    Offre d'emploi - DIRECTEUR GENERAL SYNELIA

    Synelia

    Synelia, entreprise de service en ingénierie informatique, crée des produits à destination des professionnels de l’élevage. Leader dans son activité et basée dans la région des Hauts de France, elle est forte de 42 collaborateurs.
    Synelia met à disposition de ses adhérents et utilisateurs des logiciels de gestion, des solutions d’hébergement, de conseil et d’assistance. Ses produits facilitent le transfert d’informations et l’optimisation des données entre l’éleveur et ses différents partenaires (contrôle de performance, génétique, autres organismes agricoles, …) et participent à améliorer leurs performances.
    Dans un contexte de mutation du monde de l’élevage et d’avancées technologiques importantes, Synelia poursuit son développement et recherche son :
     
    Directeur Général (H/F)

     

    Rattaché(e) à la Présidente de Synelia, vos principales missions sont de:

    • Poursuivre les avancées technologiques des outils informatiques et manager leurs développements en mode projet,

    • Gérer l’entreprise en concertation avec le conseil d’administration et déployer les stratégies travaillées avec l’ensemble de ses membres adhérents,

    • Développer la notoriété et l’activité de Synelia auprès des acteurs internes / externes de la profession, des organisations professionnelles et des partenaires,

    • Fédérer les différents partenaires autour d’un projet de développement commun.

    Votre profil :

    De formation supérieure en agriculture/agronomie ou informatique, vous souhaitez relever un nouveau challenge et permettre à une entreprise leader d’accroitre sa place sur son marché.

    A partir d’une prise de connaissance approfondie de l’histoire et des orientations de notre organisation, dans une relation privilégiée avec nos partenaires, vous aimez le fonctionnement en réseau.

    Vous avez déjà géré une entreprise ou une équipe à taille humaine. Fédérateur et manager aguerri, vous aimez rassembler les équipes et les différents interlocuteurs autour de projets (adhérents, clients, salariés). Vous avez à coeur de représenter votre entreprise et appréciez les relations.

    Curieux et ayant une sensibilité aux nouveautés technologiques, vous aimez voir les produits de votre entreprise s’adapter aux innovations du moment en satisfaisant au mieux les besoins de vos clients.

    Conditions :

    CDI

    Poste basé à Douai (59)

    Merci d’adresser votre candidature (CV, lettre de motivation) sous la référence MG à :

    MG Consultants

    À l’attention de Madame Dorothée Boschat

    contact@mgconsultants.com

    09.83.38.07.00

  • 26 juin 2017

    Agrément recherche d'Allice, c'est reparti pour 5 ans !

    Agrément recherche pour 5 ans

    L’agrément Recherche d’ALLICE a été renouvelé pour une nouvelle période de 5 ans de 2017 jusqu’en 2021. ALLICE est reconnue organisme de recherche privé par le Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation depuis bientôt 10 ans. Cet agrément est une reconnaissance des compétences des équipes R&D d'ALLICE et de la pertinence des programmes qu'elle mène pour le compte de ses adhérents au service de la filière et des éleveurs.  

  • 16 mai 2017

    L’école des inséminateurs inaugurée vendredi 12 mai près de Tours

    Le nouveau centre de formation de l'Anféia a inauguré ses locaux fraîchement construits, vendredi 12 mai 2017

    L’école de l’Association nationale de formation pour l’élevage et l’insémination animale (Anféia), dont la station animale était auparavant établie dans le Perche d’Eure-et-Loir, à Miermaigne, a inauguré de nouveaux locaux, vendredi 12 mai, à Nouzilly à proximité de Tours (Indre-et-Loire). Soixante-dix personnes issues des partenaires publics et privés d’Allice, l’Union des coopératives d’élevage et d’insémination animale dont l’Anfeia est l’émanation, ont participé à ce rendez-vous qui marque une étape importante dans le déploiement du pôle recherche-développement-formation initié il y a seulement trois ans avec l’ouverture sur le même site d’une station expérimentale de biotechnologie. De fait, « vous êtes allés plus vite que vos intentions et ceci est à l’image du sérieux et de l’enthousiasme que vous véhiculez », a remarqué à cette occasion Jean-Pierre Gaschet, le président de la communauté de commune du Castelrenaudais, la collectivité ayant contribué à la construction du nouveau bâtiment à hauteur de 90 000 euros (coût total 490 000 euros).

    Implanté dans le voisinage immédiat des installations du Centre Inra – Val de Loire, ce pôle de recherche, de développement et de formation dédié à la reproduction en élevage répond aux besoins d’une pédagogie moderne en interaction étroite avec les opérateurs scientifiques et techniques de la génétique et des biotechnologies animales. L’Anfeia, qui dispose également de locaux à Paris, collabore ainsi avec l’université de Tours et les écoles d’ingénieurs de la région. « Mettre la formation à côté des activités économiques est au cœur de ce que sera le futur, a souligné pour sa part Isabelle Gaudron, vice-présidente de la région Centre déléguée à la formation professionnelle. Ces écosystèmes de recherche rassemblent des forces et des talents, créent de la valeur et ont largement leur place en zone rurale ». Ce à quoi a souscrit Catherine Beaumont, présidente du Centre Inra Val-de-Loire, en insistant sur la nécessité d’un continuum entre enseignement supérieur, formation, recherche et innovation.

     

    Située à la convergence géographique des bassins d’élevage laitier du grand ouest et des vastes pâturages allaitants de l’intérieur, l’école de formation de Nouzilly accueille sept cents stagiaires chaque année, qui bénéficient d’un réseau de formateurs et d’experts d’horizons très divers : techniciens d’insémination, vétérinaires, partenaires de laboratoire, ingénieurs de recherche, éleveurs… « Depuis 40 ans, notre offre s’est étoffée, enrichie, adaptée pour tenir compte des besoins et de l’évolution des métiers, c'est-à-dire des formations très spécifiques et adaptées à la particularité de nos activités : manipulation d’azote liquide, parage des pieds, sexage des embryons bovins mais aussi des formations plus innovantes pour tenir compte des nouveaux enjeux sociétaux et des ruptures technologiques », a remarqué pour sa part Daniel Gay, président de l’Anfeia.

      

    Dans ces nouvelles installations dont la construction vient de s’achever, l’établissement se donne les moyens d’anticiper en offrant de nouvelles conditions d’apprentissage aux stagiaires du certificat d’aptitude aux fonctions de technicien d’insémination (Cafti) ainsi qu’aux stagiaires de la formation continue : salles de cours et de travaux pratiques, e-learning, écrans interactifs, tablettes… Jean-Gérard Paumier, président du conseil départemental d’Indre-et-Loire, également présent vendredi lors de l’inauguration, a d’ailleurs précisé que les collectivités territoriales travaillaient de concert à un vaste plan de déploiement du numérique dans le département d’Indre-et-Loire. Michel Cètre, président d’Allice, a pour sa part tenu à « saluer la clairvoyance et la détermination des administrateurs d’Allice qui continuent, malgré les crises sanitaires et économiques, la concurrence et un monde de l’élevage en pleine incertitude à mutualiser les moyens et les compétences, d’investir et de préparer un avenir durable. » 

  • 14|02|17

    Communiqué de presse de la conférence-débat du 9 février 2017 : le numérique un autre défi pour l'élevage

  • 21 décembre 2016

    Des lauriers sur la tête de l'UMT 3G pour la sélection génomique des bovins

    Les lauréats de l'équipe « Génétique et génomique bovine » de l’Unité mixte technologique 3G

    Le laurier d’impact de la recherche agronomique a récompensé mardi 13 décembre 2016 les travaux de l’équipe « Génétique et génomique bovine » de l’Unité mixte technologique 3G regroupant l’unité de recherche « Génétique animale et biologie intégrative » de l’Inra de Jouy-en-Josas, l’Institut de l’élevage et l’équipe de généticiens d’Allice. Grâce aux travaux de l’équipe « Génétique et génomique bovine », une révolution se joue dans les élevages. L'équipe élabore pour la filière de nouvelles méthodes de sélection des reproducteurs et permet d’améliorer la compétitivité de l’élevage, la qualité des produits, le bien-être animal et contribuera à réduire les impacts de l’élevage sur l’environnement. Des travaux dont la portée a été décuplée depuis la révolution génomique.

     

    Un taureau d'avance

    Plus rapide, moins coûteuse, la sélection génomique met à disposition une gamme plus large de reproducteurs et favorise ainsi la diversité génétique. Elle permet de choisir les reproducteurs sur des caractères variés et complexes, y compris des caractères difficiles à mesurer ou peu héritables (comme la fertilité ou la santé) et donc difficilement accessibles en sélection conventionnelle. Appliquée à plus de quarante caractères, la sélection génomique permet de satisfaire des objectifs très diversifiés, y compris des agricultures alternatives. A l'avenir, elle sera étendue à des caractères nouveaux comme la composition fine du lait ou la tendreté de la viande ainsi qu’à des critères environnementaux comme l’émission de méthane par les vaches. La santé animale est privilégiée pour améliorer la longévité, le bien-être et réduire l’utilisation  d’antibiotiques : résistance aux mammites, santé des pattes, maladies métaboliques, ou anomalies génétiques. Par ailleurs, la sélection sur le gène « sans cornes » permettra d’éradiquer les pratiques d’écornage. 

    « Nous avons vécu une aventure géniale ! Avec une dynamique de groupe extraordinaire et une émulation permanente. Au quotidien, beaucoup de réunions, mais dans cette équipe très unie, on trouve toujours de l’aide », rappelle Didier Boichard, entraîneur de ce collectif de trente personnes. Soutenu par les financements de l’ANR et d’APIS-GENE (dont les actionnaires financeurs sont le CNIEL (filière lait), Interbev (filière viande), Allice (reproduction-sélection) et la CNE (production), ce groupe s’est forgé une culture commune en œuvrant à la pointe de la science – avec à la clé plus de soixante publications scientifiques – tout en étant à l’écoute permanente des besoins de la filière.

     

    Les membres de l'équipe :

    • Inra : Didier Boichard, Anne Barbat,  Mekki Boussaha, Pascal Croiseau, Vincent Ducrocq, Cécile Grohs, Rachel Lefebvre, Florence Phocas, Marie-Pierre Sanchez, Thierry Tribout, Eric Venot, Aurélie Vinet (Gabi), Christine Bertrand, Alexis Demeure (CTIG), Marie-Yvonne Boscher (GIE Labogena)
    • Allice : Sébastien Fritz, Marine Barbat, Aurélia Baur, Aurélien Capitan, Chris Hozé, David Jonas, Romain Saintilan
    • Institut de l'élevage : Sophie Mattalia, Iola Croué, Amandine Launay, Julie Promp, Armelle Govignon-Gion

  • 02 décembre 2016

    La filière caprine dévoile son nouveau programme de sélection, Gènes Avenir

    Gènes Avenir

    La filière caprine dévoile son nouveau programme de sélection, Gènes Avenir, qui propose une offre reproduction-sélection rénovée, modulable en fonction des besoins des éleveurs et de la filière. Ce programme s’adresse à tous les éleveurs caprins et s'appuie sur des valeurs fortes tels que le mutualisme et le collectif. 
    Il se veut réactif, personnalisé et innovant. Il s'attachera à présenter l’intérêt économique de l’investissement en génétique et à améliorer la complémentarité des réseaux de techniciens. 
     
    Pour accompagner cette nouvelle ambition, le programme se dote d'un nouveau logo et d'un slogan «Avançons ensemble» qui traduit la volonté d’aller de l’avant et de mettre les éleveurs au centre des réflexions et des préoccupations de l'organisme de sélection.

  • 21 novembre 2016

    Une figure de l’insémination et de l’amélioration génétique de la Prim’Holstein s’est éteinte

    Monsieur Pierre JAFFRENNOU

    Monsieur Pierre JAFFRENNOU est décédé jeudi 17 novembre 2016, à l’âge de 94 ans. 

    Premier directeur de la coopérative Interdépartementale d’Insémination Artificielle de Pierry (51), il a œuvré pendant 45 années, de 1946 à 1991, a créé une coopérative dynamique et opérante qui a fortement influencé les progrès de la sélection génétique en France.

    Homme passionné, clairvoyant et novateur, fort de son charisme, il a su fédérer et entraîner la filière génétique dans la mise en œuvre du testage sur descendance malgré sa complexité et ses coûts élevés.
    L’union faisant la force, il a su convaincre les responsables des coopératives voisines d’unir leurs efforts. Créée en 1966, l’UNE (Union Nord Est) s’est progressivement élargie au Centre et à l’Ouest de la France pour constituer l’UNECO qui fut une des plus importantes entreprises de sélection en Europe dans les années 2000. 

    Un des points majeurs de l’exceptionnelle carrière de Pierre JAFFRENNOU, fut d’organiser l’introduction de la Prim’Holstein en France dont il avait très rapidement perçu le potentiel.

    Convaincu de la restructuration irréversible de l’élevage français vers un modèle plus productif, Pierre JAFFRENNOU avait sans cesse la préoccupation d’un meilleur revenu pour l’éleveur.

    Sa compétence professionnelle et ses très grandes qualités humaines étaient reconnues de tous. Le monde de la sélection et de la reproduction garde de lui le souvenir d’un travailleur acharné, exigent et visionnaire.

    Ses obsèques seront célébrées mardi 22 novembre à 10h30 en l’église St Pierre St Paul à Epernay (51). Ni fleurs, ni couronne.

  • 29 septembre 2016

    EuroGenomics Cooperative sur LinkedIn

    EuroGenomics Cooperative sur LinkedIn

    Regroupant 7 coopératives européennes de sélection et reproduction bovines en race Holstein, EuroGenomics Cooperative vous invite à découvrir sa nouvelle page LinkedIn et suivre son actualité sur :

  • 16 septembre 2016

    Agro-écologie : la sélection génétique et l’insémination minimisent l'impact de l'élevage sur l'environnement

    Etude environnementale

    Un élevage laitier pratiquant l’insémination et utilisant de la semence de taureaux issus des schémas de sélection peut réduire son empreinte environnementale de 7 à 11% en cinq ans, démontre une étude inédite publiée par Allice.

    La sélection génomique permet aujourd'hui aux éleveurs de bovins de minimiser leur impact sur l'environnement. Telle est la conclusion à laquelle parvient l'étude publiée par Allice, fédération nationale des coopératives spécialisées dans la reproduction animale et la sélection génétique. Première mondiale, cette étude s’est attachée à mesurer objectivement, par analyse du cycle de vie des produits (lait et viande), les effets bénéfiques de l’usage de taureaux améliorateurs par la voie de l’insémination, en termes notamment de réduction des gaz à effet de serre. L’étude confirme et évalue la diminution de l'impact environnemental d'un élevage dès lors où y sont employées les technologies et les services aujourd'hui disponibles en matière de sélection des troupeaux. En cinq ans, on estime ainsi qu'un élevage laitier passant de la saillie naturelle à l'insémination par de la semence issue de taureaux sélectionnés (schémas de sélection classique ou sélection génomique) peut réduire son empreinte environnementale de 7 à 11%. Plus faiblement émetteur, un élevage allaitant peut, lui, diminuer son empreinte jusqu'à 2,5%.

    L'étude publiée par Allice montre que la sélection génétique des cheptels s'inscrit pleinement dans l'élevage du futur et l'enjeu agro-écologique. Ce moindre impact environnemental des élevages de pointe est essentiellement dû au fait que les éleveurs recourant à la sélection utilisent moins d'animaux pour un même résultat. Autrement dit, il faut moins de vaches pour produire autant de lait ou un même nombre de vaches pour produire plus de lait. L'étude d'Allice a comparé ces modes d'élevages, que ce soit en production laitière ou production de viande, à ceux, plus traditionnels, où la monte naturelle avec un taureau est encore pratiquée. « En race allaitante, un schéma génétique est huit fois moins impactant qu'un système en monte naturelle, deux fois moins en race laitière », mentionne l'étude dont les données s'intéressent aussi bien au changement climatique (empreinte carbone), à la qualité des eaux (eutrophisation) ou l'acidification de l'atmosphère (pluies acides) que la raréfaction des ressources (énergie, eau, surfaces, etc.). Ainsi les entreprises de mise en place de semence et les entreprises de sélection sont des acteurs de solution pour répondre au défi de la transition agro-écologique avec des pratiques agricoles adossées à la triple performance économique, environnementale et sociale.

    Analyse environnementale des modes de sélection et de reproduction dans l'espèce bovine – Armelle Gac, Pascale Le Mézec, Jean Guerrier.

    Etude réalisée par l'Institut de l'élevage pour le compte d'Allice, disponible sur demande à communication@allice.fr

  • 22 août 2016

    Etiquetage de l’origine des ingrédients dans les plats préparés et les produits laitiers : publication du décret

    Copyright photo - Pascal Xicluna Min.Agri.Fr

    A partir du 1er janvier 2017, l'étiquetage de l'origine du lait dans les produits laitiers et de la viande dans les plats préparés sera mis en place en France pour une durée de deux ans. Le décret entérinant ce dispositif a été publié le dimanche 21 août 2016.

    En savoir plus...

     

    Source : agriculture.gouv.fr

  • 03 mai 2016

    Progressive Blindness : Mise au point d'un test génétique pour identifier les bovins porteurs d'une anomalie qui les rend aveugles

    Vache normande © papinou

    Les chercheurs d’Allice et de l’INRA ont identifié une nouvelle mutation responsable de la perte progressive de la vision chez les bovins. Le service génétique d’Allice a mis au point un test pour identifier dès le plus jeune âge les animaux porteurs de cette anomalie.

    Les travaux ont été financés par l’ANR (Agence Nationale pour le Recherche) et APIS-GENE (professionnels des filières ruminants pour le financement de la Recherche : Allice, CNE, CNIEL et INTERBEV) dans le cadre du programme de recherche BOVANO (Michot et al., 2015).

    Nous vous invitons à télécharger le communiqué de presse ci-dessous pour en savoir plus.

  • 28 avril 2016

    Guide de déploiement de la RSE dans les entreprises de reproduction et de sélection animales

    Guide RSE - Allice - Avril 2016

    Première dans le monde de l'Elevage. Allice publie un guide de déploiement de la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) applicable aux entreprises de reproduction et de sélection animales. Véritable boîte à outils organisée en 4 chapitres (gouvernance, capital humain, développement des territoires, environnement), ce guide repose sur une démarche RSE volontaire axée sur la compétitivité et la responsabilité.

  • 13 octobre 2015

    La station de phénotypage d'Allice poursuit son implication dans la formation et l'accueil de partenaires scientifiques

    Nouzilly

    La station de phénotypage d’Allice inaugurée sur le site de l’INRA Val de Loire à Nouzilly, il y a plus d’un an, continue de développer ses actions de formations envers un public large et international. En juin dernier, ce sont des vétérinaires soudanais qui sont venus se former au transfert embryonnaire auprès de l’équipe d’Allice.
     
    Les docteurs Duriya Elhaj Farah Ahmed, Omer Ahmed El Hassan Mohamed, Salma Omer Ahmed Ali, Sohair Sayed Mohamed ont suivi une formation théorique et pratique de quinze jours en transfert embryonnaire (Basic knowledge for the practice of Moet techniques in bovine). Collecte, manipulation, mise en place… ils ont pu découvrir toutes les étapes de la procédure d’insémination par transfert d’embryon dans le but de devenir formateurs en leur pays. Le séjour des stagiaires s’inscrivait, en effet, dans le cadre du partenariat entre l’Anfeia, l’école de formation d’Allice basée à Miermaigne (Eure-et-Loir) et l’école d’IA soudanaise Sfari.

  • 26 mai 2015

    ALLICE reçoit un trophée de l’innovation

    Jean-Pierre GACHET (Président de la Communauté de communes du Castelrenaudais) et Michel CETRE (Président d'Allice)

    A l’occasion de la grand-messe « Touraine, terre de réussite », organisée jeudi 21 mai par le Medef Touraine en présence de Pierre Gattaz, président du Medef, Allice a reçu un trophée dans la catégorie innovation pour l’activité et le dynamisme de sa station de phénotypage à Nouzilly (Indre-et-Loire). 

    Ce jeudi 21 mai, près de 600 personnes, chefs d’entreprises, élus, ou représentants des collectivités territoriales ont répondu à l’appel du Medef qui organisait une grande manifestation à Tours pour favoriser les rencontres et les échanges entre les collectivités territoriales et les entreprises qui s’installent en région Centre - Val de Loire. Allice a présenté sa candidature au concours organisé pour l’occasion dans le but de mettre à l’honneur la réussite et le dynamisme des entreprises de la région au profit des Hommes et des territoires. Parmi les dossiers déposés dans les huit catégories (Innovation, Numérique, Implantation d’entreprise, Emploi, Création d’entreprise, Développement durable, Environnement, Economie circulaire et Responsabilité sociétale et environnementale), Allice est l’entreprise lauréate dans la catégorie innovation en binôme avec la Communauté de communes du Castelrenaudais, sur le territoire de laquelle la station de Nouzilly est implantée.

    Pour cette occasion, Michel CETRE, président d’Allice, était entouré de la plupart des membres du bureau d’Allice qui ont fait le déplacement jusqu’à Tours pour assister à l’événement et aller à la rencontre des acteurs économiques et politiques de la région. Michel CETRE a rappelé que l’implantation de la station à Nouzilly répondait à une double volonté : celle de se rapprocher de pôles d’excellence scientifique tels que l’Inra Val de Loire ou l’Université François-Rabelais et  la volonté aussi de faire de la station un site de formation dédié aux biotechnologies de la reproduction pour un public national et international. « Cette prochaine étape est en passe de se concrétiser puisque nous avons décidé d’investir dans un nouveau bâtiment et de nouveaux outils dédiés à la formation. Le permis de construire sera déposé dans les prochaines semaines ».  Michel CETRE a terminé en soulignant qu’il « partageait ce trophée avec toutes les entreprises coopératives adhérentes à Allice qui depuis plus de 60 ans investissent, au côté de l’Inra, pour créer de l’innovation et permettre  ainsi aux éleveurs français de rester compétitifs ».

     

    Contact : Cécile QUETGLAS / 06-79-17-22-68 / communication@allice.fr